Mort de Kolelas, les résultats de la première autopsie n’ont pas conclut à un empoisonnement

0
89
  • À la suite de l’annonce du décès le 22 mars dernier de Guy Brice Parfait Kolelas, la stupeur de cette nouvelle a laissé place à plusieurs interrogations. Et aussi des affirmations aussi contradictoires les unes que les autres. Et pour les taire, le communiqué du parquet de Bobigny sur l’autopsie réalisée sur le défunt a conclu à une mort par insuffisance cardio-respiratoire due à une pneumopathie diffuse sévère », et la contamination au virus SARS-COV-2 est « confirmée par la virologie moléculaire ». Toutes ces preuves réunies par Congo Check attestent du caractère faux des publications indiquant que la première autopsie a conclut à un empoisonnement.

Une thèse que vient à nouveau de démentir le communiqué de Kolelas Backana Serge Maixent, frère cadet du défunt. Dans une missive adressée au peuple Congolais en date du 25 mars dernier, ce dernier affirme que la famille n’as pas encore reçu les résultats de l’autopsie. Ce dernier précise que la demande de cette dernière a été adressée à l’Institut Médico-légal de Paris. Dans une interview accordée à un média local, Kolelas Backana qui conteste la légitimité de ce communiqué, demande en outre que la dignité de son frère soit respectée. A en croire ce dernier, l’Institut Médico-légal de Paris, en charge de cette autopsie, leur a affirmé que les examens demandés par la famille prennent du temps et les résultats seront communiqués officiellement une fois disponibles.

Un communiqué authentique selon le Parquet de Bobigny

Céline Gay, Vice- Procureure et Secrétaire Générale du Parquet de Bobigny, contactée via email par Congo Check, a de nouveau renvoyé le communiqué qui circule sur les réseaux sociaux, confirmant son authenticité.

« Pouvez-vous s’il vous plait me confirmer l’authenticité de ce document, surtout que la famille, y réagissant, a fait un communiqué pour le démentir affirmant n’avoir pas encore reçu les conclusions de l’autopsie réalisée par  l’Institut Médico Légal de Paris ? » abordait Congo Check dans le mail. « Bonjour, vous trouverez ci-joint le communiqué de presse du parquet de Bobigny » a répondu Céline Gay.

Une demande d’une contre-expertise introduite

La famille Kolelas exige une contre-expertise. « La veuve Kolélas et la famille Kolélas, présentes à Paris, ont formulé officiellement une demande à l’Institut Médico-légal (IML) de Paris sis place Mazas( Quai de la Rapée) 75012 Paris Cedex aux fins de connaître les causes exactes du décès du disparu », écrit Kolélas Backana Serge Maixent, le frère cadet du défunt. C’était le 25 mars dernier à Paris, en réponse au communiqué de presse du Parquet de Bobigny.

Une autopsie? Qui devrait en faire la demande conformément à la législation française: un officier de police judiciaire ou la famille?
« En matière de procédure pénale française, ce n’est pas la famille qui demande une autopsie mais l’autorité judiciaire (Procureur ou un OPJ). C’est seulement depuis 2017 que les familles sont informées du résultat de l’autopsie », affirme le congolais Pierre Edoumba, un exégète du droit résident en France.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here