Pour éviter la confusion au sujet d’ebola, il faut connaitre la définition de différents termes utilisés dans la riposte de cette épidémie qui sévit dans le nord de la province du Nord Kivu et une partie de la province de l’Ituri. Guide

 

Déclarée officiellement le 01/082018, l’épidémie d’ebola a fait plusieurs dizaines de victimes dans les provinces du Nord Kivu et celle de l’Ituri. Le ministère de la santé et ses différentes organisations partenaires ont lancé une riposte pour extirper la maladie à travers une opérations de vaccination et l’usage de certains traitements expérimentaux. Cependant, la riposte fait face à une série d’intoxications, de fausses informations et des rumeurs qui ne facilitent pas la tache aux équipeséquipes. Celles ci causent également la panique au sein de la population. C’est par exemple des informations faisant état des « cas d’ebola » signalés à Goma, à Bukavu, ou à Kalemie et qui se sont révélé etre des simples rumeurs après vérification.
Dans cet article, Congo Check a voulu partagé quelques termes utilisés par les équipes chargées de la riposte contre la maladie à Virus Ebola ici dans notre région. Il s’agit des définitions qu’utilise le ministère de la santé, tirées du « guide technique pour la surveillance intégrée de la maladie et la riposte dans la région africaine » fixé par l’organisation mondiale pour la santé:
– Cas suspect
Est considéré comme « cas suspect » :
1. Toute personne, vivante ou décédée, présentant ou ayant présenté une fièvre élevée à début brutal, et ayant été en contact :
avec un cas suspect, probable ou confirmé d’Ebola (a dormi dans le même lieu, a un eu un contact physique direct ou indirect (sang, fluide corporelle, vêtement, linge, lait maternel) avec le cas pendant sa maladie ou un contact durant ses funérailles, avec un animal mort ou malade (contact physique direct avec l’animal, son sang ou ses fluides corporels, dépeçage, consommation de viande de brousse crue).
2. Toute personne présentant une fièvre élevée à début brutal et au moins trois des symptômes suivants : maux de tête, anorexie / perte d’appétit, fatigue intense, douleurs musculaires ou articulaires, difficultés à respirer, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, difficultés à avaler, hoquet.
3. Toute personne présentant des saignements inexpliqués ;
4. Toute personne morte subitement et dont le décès est inexpliqué.

– Cas probable
Est considéré comme « cas probable »
1. Tout cas suspect qui a été évalué comme tel par un clinicien
2. Tout cas suspect décédé (et pour lequel il n’a pas été possible d’obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire) ayant un lien épidémiologique avec un cas confirmé ;
– Cas confirmé
On considère le « cas confirmé », tout cas probable ou suspcet dont les résultats des analyses en laboratoire se sont avérés positives.

Dans son communiqué publié le 17 septembre sur la situation épidémiologique et l’évolution de la riposte, le ministère de la santé a rapporté un total de 97 décès dont 66 parmi les cas confirmés Ebola. Pendant ce temps, le total de cas lui, contenant les cas suspects, les probables et les confirmés, s’élèvait à 142 jusqu’à ce mardi 18 septembre 2018.