Lubumbashi : cette vidéo ne montre pas l’arrestation d’un motard pour avoir répondu au maire de la ville en langue Tshiluba

A picture taken on April 3, 2017 shows few cars on the Lumumba boulevard in Kinshasa during a general strike called by the opposition. A general strike called by the opposition to force Congolese President Joseph Kabila to share power today slowed business activities in the capital Kinshasa and the second city, Lubumbashi. The president's constitutional mandate ran out last year at the end of his second five-year elected term. His unwillingness to enable elections and step down led to protests in September that left some 50 people dead. / AFP PHOTO / JUNIOR D.KANNAH (Photo credit should read JUNIOR D.KANNAH/AFP via Getty Images)

Une vidéo est devenue virale parce qu’elle montre une scène tournée à la mairie de Lubumbashi, près du commissariat de la police de cette ville, chef-lieu de la province du Haut-Katanga. On voit sur cette vidéo, le maire de la ville de Lubumbashi ordonnant l’arrestation d’un motard après un échange en langues Swahili et Tshiluba.

La vidéo est authentique précisent les recherches menées par les équipes de Congo Check. Cependant la légende et le contexte qui accompagnent la diffusion de ce contenu multimédia sont trafiquées, mettant en avant le tribalisme comme motivation de l’arrestation.

« Aidez-nous à faire circuler cette image partout dans le monde. Le seul péché de cet homme c’est pour avoir répondu au maire de la ville de Lubumbashi en Tshiluba car c’est la seule langue qu’il parle. Chers frères levons-nous car l’heure est grave. Non au tribaliste et au raciste » écrit un post publié avec la vidéo sur Facebook. La publication postée le 16 juin 2020 a recueilli au moins 6.900 vues, 256 partages, 37 commentaires et plusieurs dizaines d’impressions.

Une vidéo authentique  

Les recherches de Congo Check se sont faites sur terrain en vue d’identifier le lieu ou la scène a été tournée. « Il s’agit bien de la ville de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga. L’endroit précis où se déroule la scène est la mairie de Lubumbashi au niveau du commissariat urbain de la police » indique un membre de Congo Check, qui s’est rendu sur place et a parlé aux témoins.

Dans un entretien avec Congo Check, le maire de la ville de Lubumbashi reconnait être la personne filmée mi-juin et qui ordonne l’arrestation du taximan-moto et précise la localisation de la scène comme le commissariat urbain de la police de Lubumbashi : « C’était avant-hier, la scène se déroule au centre-ville devant le commissariat du centre. Oui, je reconnais bien cette vidéo, sauf que ce que dit la légende n’est pas vraie » explique Guylain-Robert Lubaba Buluma, maire de Lubumbashi.

Localisation confirmée par les anciennes vidéos de la mairie de Lubumbasshi

Répondant à la question de savoir si le motard est arrêté pour s’être exprimé en langue Tshiluba, le maire de Lubumbashi répond : « Non, ce n’est ne pas parce qu’il s’exprimait en Tshiluba. C’est plutôt par ce qu’il n’est pas membre d’une association des motards. Il y a un arrêté qui demande à tous les motards d’appartenir à une association ».

Guylain-Robert Lubaba Buluma rejette les accusations de tribalisme portées à son agissement par les auteurs de ces publications, se sentant plus proches de la communauté Luba par lien de filiation. Des tensions, causant la méfiance entre les communautés du Katanga et du Kasaï restent permanentes dans l’histoire de cette région.

« J’ai posé la question de savoir il était de quelle association ? Et selon l’arrêté, il faut appartenir à une association car à Lubumbashi, il y a deux associations, il y a ITMKT et CMCO. Quand vous n’êtes pas dans ces deux associations vous ne pouvez pas œuvrer en électron libre. Ce n’est pas par qu’il s’est exprimait en Tshiluba, ma femme à moi, mon épouse à moi, elle est Kasaïenne ». Guylain-Robert Lubaba Buluma ponctue : « Je ne peux pas arrêter quelqu’un tout simplement par ce qu’il est Muluba, j’ai des beaux-frères Luba, mes beaux-parents sont de Luba du Kasaï. Il a été arrêté par ce qu’il a dit qu’il n’était pas dans une des associations »

Congo Check a pu obtenir une copie d’un communique en lien avec l’arrêté régulant la circulation dans la ville de Lubumbashi et la traduction de la conversation entre le maire de Lubumbashi et le motard se résumant de manière suivante :

  • Le Maire : Tu es dans quelle association ?
  • Wewa/maseba/motard : Je ne suis pas dans une association.
  • Maire : Maintenant, cette moto, tu fais quoi avec ?
  • Motard: [En Tshiluba] : Je travaille avec.
  • Maire: Quoi ? Euhhh, quoi ?
  • Maire: Allez, au cachot, au cachot !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here