« Il n’y a pas d’alternance. Après Kabila, c’est Kabila… », ces propos de Mbusa Nyamwisi ont été sortis du contexte et datent d’une année ! (Corrigé)

0
399

Depuis le début de cette semaine, des propos d’Antipas Mbusa Nyamwisi, ancien ministre Congolais des Affaires étrangères, passé dans l’opposition en 2011, puis retourné en RDC après l’élection de Felix Tshisekedi contestant notamment les résultats des élections, le départ de Joseph Kabila (ex président congolais) et insinuant que sa succession par Felix Tshisekedi est une continuité de l’ancien régime.

Les recherches menées par CONGO CHECK attestent que les propos sont ceux d’Antipas Mbusa Nyamwisi, tenus dans une interview publiée le 22 janvier 2019 par le media Le Congo Libéré et toujours accessible sur cette adresse internet, mais qui ont été sortis de leur contexte. Les personnes ayant manipulé ces propos ont indiqué qu’après son rapprochement avec le président congolais, Felix Tshisekedi, l’ancien ministre des affaires étrangères Antipas Mbusa Nyamwisi est retourné en exil en Belgique, après avoir constaté que le Chef de l’État Congolais Félix Tshisekedi n’a pas une main mise totale sur l’armée et les services de sécurité telle que démontre cette publication partagée 65 fois et ayant fait plus de 300 impressions et commentaires sur la page Ezale ya Mozindo, suivie par 100,744 personnes.

La manipulation de ces contenus a attiré l’attention de CONGO CHECK par le fait que les partages de cette infox passaient par la diffusion des captures d’écrans [voir les conseils pour debunker les fausses nouvelles diffusées via les captures d’écran ou les images avec son smartphone] contenant les propos et la photo d’Antipas Mbusa Nyamwisi.

Toutes les recherches sur internet effectuées par CONGO CHECK avec les mots-clés sur les contenus partagés, renvoyaient à l’interview diffusée en 2019 par Le Congo Libéré ou des articles rédigés sur base des déclarations tirées dudit entretien.

CONGO CHECK est également entré en contact avec l’ex ministre congolais des affaires étrangères en vue de vérifier l’authenticité de ces contenus diffusés sur les réseaux sociaux.

« Avez-vous tenu ces propos et c’était dans quel contexte ? » écrit CONGO CHECK en joignant à la question une des captures d’écran partagées.

«Il y a une année; c’est ressorti hors contexte aujourd’hui par quelqu’un qui a un agenda qui n’est pas le mien » répond Antipas Mbusa Nyamwisi avant de joindre un autre message contenant le lien vers l’interview avec le media Le Congo Libéré.

Quant à la question sur son probable retour en exil suite au manque de garanties sécuritaires de la part du président Félix Tshisekedi, Antipas Mbusa Nyamwisi précise qu’internet regorge autant des sujets sans intérêts. « Il y a trop de trucs sans beaucoup d’intérêts sur les réseaux sociaux …. » rétorque-il.

Dans la version originale de cet article nous avions dit que les propos de Monsieur Mbusa Nyamwisi étaient ténus le 22 janvier 2020. Le concerné nous a contacté pour nous faire part de l’erreur que contenait l’article. Nous venons ainsi de corriger en précisant qu’il s’agissait plutôt du 22 janvier 2019

=====================

CONGO CHECK est signataire du code de principes du Réseau International de Fact-Checking, IFCN. Le travail de CONGO CHECK (une organisation indépendante et non partisane) est dédié à la lutte contre la désinformation et attend rendre les dirigeants redevables en traçant la réalisation des promesses tenues par les gouvernants via son baromètre de promesses.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here