Factcheck : il n’y a pas eu plus de 40 morts suite à l’attaque rebelle à Lubumbashi

0
2747

Une publication sans source est devenue virale sur les réseaux sociaux affirmant qu’il y a eu plus de 40 morts dans les affrontements de ce samedi 26 septembre dans la ville de Lubumbashi. Attention, ce bilan est faux.

« URGENT RDC : plus de 40 morts dans l’affrontement entre 300 miliciens Bakata Katanga de Gédéon Kyungu qui soutien Kabila avec son chapeau contre notre armée FARDC ! La ville de Lubumbashi a échappé de moins au contrôle de la milice de Bakata Katanga. Le plan d’attaque a été savamment élaboré… Bilan provisoire : plus de 40 morts, dont 37 miliciens et 2 policiers décapités et un soldat FARDC, plusieurs blessés de deux côtés et des miliciens capturés ! », peut-on lire sur la page Facebook Vérité Agogo.

Seulement 15 heures depuis sa mise en ligne, la publication a généré 828 mentions j’aime, 306 commentaires et environ 862 partages.

Bilan non vérifié

Après vérification, les sources officielles affirment à Congo Check que le bilan actuel est de 20 morts dont 16 miliciens Maï-Maï Bakata Katanga et 4 éléments des forces de sécurité dont 3 policiers et un militaires FARDC. Le ministre provincial de l’intérieur affirme également que 13 assaillants ont été capturés et 7 armes récupérées.

« Les réseaux sociaux n’ont qu’à assumer leurs publications. Parce que ces publications là n’engagent que eux. Nous, nous avons fait une communication et nous avons publié le bilan qui est le nôtre et nous sommes prêts à l’assumer. Notre bilan officiel est de 16 morts du côté des assaillants et 4 de notre côté. Il y a avait 3 mais un quatrième vient de succomber de ses blessures, les assaillants lui ont amputé un bras », a déclaré Kunda Milundu, ministre provincial de l’intérieur dans le Haut-Katanga contacté par Congo Check.

Contrairement aux affirmations dans la publication, cette autorité affirme également qu’il est actuellement très difficile de déterminer si cette incursion et la tentative d’évasion à la prison de Kapasa sont liées.

« Je n’en ai aucune preuve, des telles prises de positions n’engagent que leurs auteurs et cette tentative d’évasion que nous avons déjoué peut être forte mais il n’y a aucun signe qui indique que les deux événements sont liés », a-t-il conclu. Pour rappel, des miliciens Maï-Maï identifiés comme Bakata Katanga ont fait incursion dans la ville de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga le samedi 26 septembre. L’armée et la Police ont organisé une riposte et rétabli l’autorité de l’État dans cette ville après plusieurs heures d’affrontements.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here