Coronavirus: l’église catholique n’a pas déclaré qu’elle va reprendre les cultes le 27 juillet prochain

0
259
Catholic worshipers gather for a Sunday mass at the Saint Joseph church on January 13, 2019, in the capital Kinshasa, in the Democratic Republic of the Congo. (Photo by TONY KARUMBA / AFP) (Photo credit should read TONY KARUMBA/AFP via Getty Images)

Depuis la soirée de ce mercredi 22 Juillet 2020, au lendemain de la levée de l’état d’urgence sanitaire en République Démocratique du Congo, une information qui, à deux heures de sa publication a déjà généré 92 likes, 42 commentaires et 12 partages sur Faceboook, circulant même dans des groupes Whatsapp, indique que l’eglise catholique compter reprendre les cultes le 27 juillet 2020.

Congo Check dans la vérification de cette publication, a contacté le secrétaire général de la Conférence Episcopale Nationele du Congo, CENCO. Sa conclusion indique que la publication est fausse.

“Urgent. L’église catholique annonce qu’elle ne respectera pas la  décision du président et va ouvrir ses églises le 27 juillet. Fridolin AMBONGO déclare :  Nous n’allons pas suivre les recommandations données par le président de la République, et nous ouvrirons nos église à  partir de ce lundi 27 Juillet, comment est-ce possible d’ouvrir les bars et de fermer les maisons du Christ ? Cette décision est  infondée et nous nous opposons radicalement a cela” dit cette publication illustrée par une photo du cardinal Fridolin Ambongo.

Urgent. L’église catholique annonce qu’elle ne respectera pas la décision du président et va ouvrir ses églises le 27…

Posted by Brones Emongo on Wednesday, July 22, 2020

L’abbé Donatien N’shole précise qu’il s’agit d’une fausse information :  » c’est une intox, aucune communication du cardinal n’a été faite en ce sens » dit-il dans un entretien avec Congo Check.

Dans la dernière et l’unique sortie médiatique de la CENCO depuis ce mercredi 22 Juillet, l’abbé Donatien Nshole a laissé entendre qu’il faut quand-même considérer l’importance de la prière dans la vie d’un homme. « On aurait pû déjà autoriser l’ouverture des cultes. Pour le compte de l’Église catholique, toutes les précautions sont prises pour que, même si on réouvre aujourd’hui, on tienne compte de l’épidémie » ajoute  le secrétaire général de la CENCO. « Quand on autorise les marchés, les transports, les écoles et quand on voit comment ça fonctionne, alors qu’à l’Église catholique, on a déjà démontré comment on peut s’organiser pour se protéger contre la maladie, je trouve que c’est inadmissible. Mais, on ne peut rien. On ne peut que se soumettre » précise-t-il.

Pour rappel, décrété le 24 mars dernier, le président de la République a annoncé la levée de l’État d’urgence et ainsi la reprise des activités commerciales, magasins, banques, restaurants, cafés, bars à partir de 22 juillet 2020, la reprise des rassemblements, réunions, célébrations et transports en commun et la reprise des écoles et des universités en commençant par les classes et promotions terminales à partir du 3 août 2020.

Quant à la réouverture des églises et lieux de cultes, mouvements migratoires interprovinciaux, l’ouverture des ports, aéroports et frontières, des discothèques, salle de spectacles et stades, c’est à partir du 15 août 2020.

Pour les funérailles, les dispositifs actuels restent maintenues et doivent être de stricte application.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here