Selon le président de la république Felix Tshisekedi, le taux d’accès à l’électricité en République démocratique du Congo est évalué à 8 %. Après vérification de plusieurs rapports sur l’état de l’accès à l’électricité au pays, l’on se rend compte que le chiffre avancé par Felix Tshisekedi est erroné.

« J’ai demandé que l’accès à l’électricité soit inscrit comme la première priorité économique de mon quinquennat. Aujourd’hui, on évalue le taux d’accès à l’énergie électrique à 8 % », a déclaré Felix Tshisekedi dans un discours mardi 20 aout au forum sur l’énergie électrique à Matadi.

La source de ce chiffre avancé par le président de la république et relayé par plusieurs medias dont Tv5 monde, n’a pas été citée dans son discours. Dans le but d’en savoir un peu plus, Congo Check a essayé de contacter sans succès des sources de la présidence congolaise.

Contredit par les conclusions des diverses études

Dans le cadre de la vérification, Congo Check a contacté la banque mondiale. Celle-ci, tout en justifiant la différence de chiffre par l’absence de données fiables et du recensement en RDC, soutient que le taux d’accès à l’électricité a été de 19 %, selon un rapport publié en 2017 ensemble avec l’agence internationale de l’énergie et d’assistance à la gestion du secteur énergétique.

« Dans un contexte où les données sur la population totale varient de 11 millions d’une source a une autre (comparez notamment l’Annuaire Statistique aux données WorldPop pour 2015), il est compréhensible que le chiffre d’accès varie autant. Les taux d’accès en 2017 étaient de 42 % en Angola, 66 % au Congo Brazzaville, 30 % en République Centrafricaine et 19 % en RDC, selon le Global Tracking Framework » a répondu à Congo Check Franck Bitemo l’un des chargés de communication de la banque mondiale en Afrique.

Le Global tracking framework est une étude interinstitutionnelle dirigée par la Banque mondiale et l’Agence internationale de l’énergie qui vise à suivre les progrès accomplis et proposer des solutions dans le cadre de l’initiative ‘’Énergie durable pour tous’’ lancée en 2011 par le secrétaire général de l’ONU.

Par ailleurs, un rapport du ministère congolais de l’énergie datant de 2016 consulté par Congo Check, parle d’un taux d’accès à l’électricité évalué à 15 %.

« En dépit d’énormes potentialités hydroélectriquesévalués à 100000 MW (NDLR Mégawatt), dont 44 % sont concentrées au seul site d’Inga,  le taux d’accès des populations à l’électricité est estimé à 15 % », dit le rapport.

Plus tôt en 2013, le rapport national ‘’Energie durable pour tous à l’horizon 2030’’, sur base des études menées entre novembre 2012 à juillet 2013 conjointement par le ministère nationale des ressourceshydrauliques et électricité, l’initiative Energy for all et le programme des nations unies pour le développement PNUD avait évalué l’accès à l’électricité à 9 %.

« Les potentialités hydroélectriques sont supérieurs à 100 000 MW dont plus de 98 000 MW déjà recensés comme pouvant recevoir des installations hydroélectriques allant de pico(NDLR : une pico-centrale communément appelée Pico est une centrale hydroélectrique dont la production est inférieure à 20 kilowatts) à des grands aménagements restent encore non exploités à ce jour, alors que parallèlement, le taux d’accès de la population congolaise  à l’électricité est de 9 % », disait le rapport. 

Se basant sur les différents rapports précités notamment  celui de la banque mondiale et l’agence internationale de l’énergie et d’assistance à la gestion du secteur énergétique, celui du ministère congolais de l’énergie et ressources hydrauliques en 2016, et celui publié conjointement  par le ministère nationale des ressourceshydrauliques et électricité, l’initiative Energy for all et le programme des nations unies pour le développement PNUD en 2013, le chiffre de 8 % avancé par Felix Tshisekedi parlant de l’accès de la population congolaise à l’électricité est incorrect.