Plusieurs publications sur des reseaux sociaux affirment le départ de Mario Balotelli de l’Olympique de Marseille pour le club congolais de Tout Puissant Mazembe. Attention, il s’agit d’une fausse information.

« Mario Balotelli, le fantasque avant-centre international italien, ne sera donc resté que six petits mois un joueur de l’Olympique de Marseille : c’est lui-même qui l’a annoncé, il a tranché pour un départ vers une destination surprenante en acceptant de signer au TP Mazembe, le célèbre club congolais, ce alors que plusieurs de Serie A lui faisaient la cour » dit le post plusieurs fois partagé sur des reseaux sociaux, ajoutant que le footballeur italien avait envoyé un message à Patrice Carteron l’ancien manager de Mazembe.

Après certaines vérifications faites par Congo Check,, la publication est fausse car le joueur Italien joue toujours à l’Olympique Marseillais.

L’origine de l’infox

L’information faisant état du départ de Mario Balotelli de l’Olympique Marseillais vient du site internet Football.France.fr. L’article a été publié pour la première fois sur le meme site le 19 juillet 2015 avant d’etre republié avec quelques modifications le 20 juin 2019 dernier. Bien que repris par d’autres sites internet, cet article n’est au fait qu’une imagination.

En effet, le site internet FootballFrance.fr est un média parodique qui publie des faux articles liés toutefois à l’actualité du football. « FootballFrance.fr est un site d’informations parodiques consacré au football. Même si la rédaction de FootballFrance.fr s’appuie sur l’actualité pour écrire ses papiers, rien de ce qui est présent sur ce site n’est vrai, les personnes interrogées pour les besoins des articles n’existent pas, tout est faux. Voilà, c’est dit, salut ! » explique le dans sa rubrique « À propos ».

Pour ne pas tomber dans un tel piège, Congo Check conseille aux internautes de toujours lire la rubrique « À propos » d’un site internet quand un article de ce dernier suscite des doutes. Il s’agit là de l’une des astuces de vérification afin de barrer la route aux infox sur internet.