Coronavirus en RDC : voici le top 10 des rumeurs à ne pas partager

« Toute épidémie sanitaire s’accompagne d’une épidémie de rumeurs » avait déclarée aux medias le professeur Jean-Jacques MuyembeTamfum, secrétairegénéral du Comité national multisectoriel à la riposte à la maladie à virus Ebola,  nommé le 19 mars dernier par le président Felix Tshisekedi afin de prendre la tête de la cellule technique deriposte au Coronavirus en RDC.

Dans l’objectif de lutter contre la propagation de l’épidémie des rumeurs durant cette crise sanitaire, Congo Check a lancé, ce 21 mars, le programme FactCheckCovid19 afin de détruire les infox qui émergent sur la toile et dans la communauté congolaises.

  1. La peau noire est résistante au Coronavirus : La désinformation sur ce sujet avait gagné la Républiquedémocratique du Congo et des propos attribués au professeur Jean-Jacques Muyembe avaient étépartagés sur la toile. Outre la publication d’un démenti par le Comité National Multisectoriel à la Riposte à la Maladie à Virus Ebola pour dénoncer le caractère faux de ce contenu, l’infection d’une quinzaine des congolais ayant séjourné dans les pays à risque, ceux contaminés à Kinshasa et le premier décès enregistré par la RDC devraient interpeller sur le fait que la race noire n’est pas exempte  des risques d’infection au Coronavirus.
  • Des cas confirmés inventés : Le 10 mars 2020, lorsque Eteni Longondo, ministre de la santé annoncait la confirmation du premier cas de la maladie au SRAS-CoV-2 (nom du coronavirus responsable du Covid-19, Ndlr) en RDC, et suite à quelques imprécisions sur la nationalité du patient, la toile congolaise s’enflamme. Les populations congolaises et certains politiciens soupçonnent une invention des cas non diagnostiqués dans le but de bénéficier des financements internationaux. Le ministre avait éclairci l’opinion sur cette question, mais la rumeur n’est pas totalement déracinée des conversations dans les rues.
  • De faux comptes, profils sur les réseaux sociaux : Depuis la déclaration du Covid-19 en RDC, plusieurs faux comptes et profils ont vu le jour, publiant des informations erronées dans l’objectif de désorienter la population. C’est par exemple le compte Facebook Dr EteniLongondo, avait été dénoncé par le ministère de la santé, car n’appartenant pas au ministre. Ce compte rendait public des informations en contradiction avec les actions gouvernementales face à cette crise. Signaler ces genres de comptes à Congo Check en utilisant le hastag #FactCheckCovid19 ou suivez ces conseils de Facebook pour ce faire. Un autre faux compte au nom de Vital Kamerhe, directeur de cabinet de Félix Tshisekedi a affirmé que le président congolais était testé positif.
  • Les faux remèdes : La consommation de plusieurs fruits, racines, liquides,… traditionnels est conseillée dans des publications sur les réseaux sociaux (principalement sur WhatsApp sous forme sonore, texte ou images) en tant que remède contre le Covid-19. Des rapports alertent sur une forte demande de la Chloroquine dans la ville de Kinshasa alors que le pays a notifié 23 cas confirmé et un premier décès. Pour l’instant, seul un traitement des symptômes s’applique pour soigner les patients atteints du Coronavirus. Aucun traitement n’est encore disponible.
  • Des alertes sur les cas de Coronavirus: Sur les réseaux sociaux et dans les medias traditionnels et en ligne, des informations circulent sur la notification des cas suspects dans des différentes agglomérations de la RDC. Toute alerte notifiée en période épidémique n’est pas un cas confirmé. Seul l’Institut national de recherche biomédicale, INRB, est habilité à donner un diagnostic sur ce nouveau type de virus sur lequel plusieurs données scientifiques sont encore en étude.
  • Les consultations des médecins par les chinois : La RDC n’échappe pas aux attitudes de soupçons et de stigmatisation du peuple chinois durant cette épidémie, due à l’origine du Coronavirus, qui a émergé depuis la ville de Wuhan. La présence d’un citoyen chinois dans une structure sanitaire est définitivement interprétée par la communauté comme la confirmation d’un cas de Coronavirus comme c’était le cas le 16 mars dans la ville de Goma. Au niveau mondial, le hastag #JeNeSuisPasUnVirus aide à lutter contre cette attitude.

  1. Être infecté c’est être condamné à mourir : il existe aussi des rumeurs qui affirment qu’attraper le virus c’est être condamné à mourir. Mais cela n’est pas vrai. Le taux de mortalité de la maladie est de moins de 5%, même actuellement en RDC. Cela veut dire que sur 100 personnes infectées, seules 5 pourraient en mourir.

Participez au programme FactCheck Covid19 de Congo Check afin de détruire les infox qui émergent sur la toile et dans la communauté afin de lutter contre cette pandémie. Contactez-nous via ces canaux : +243 999 942 427 et  info@congocheck.net.

Ensemble, propageons le message et non la maladie !